La santé mentale des jeunes a été mise à l’épreuve par la pandémie de Covid-19, augmentant les taux de dépression et d’anxiété. Selon une étude sociologique, les professionnels exerçant auprès des jeunes n'ont pas les savoirs suffisants pour repérer et prévenir le mal-être ou le risque suicidaire.

Le suicide est la deuxième cause de décès chez les 15-24 ans après les accidents de la circulation. En France, le suicide représente 16 % des décès chez les jeunes (deuxième cause de mortalité chez les filles et troisième chez les garçons âgés de 15 à 24 ans). En 2017, près de 3 % des adolescents français déclaraient avoir fait une tentative de suicide ayant nécessité une hospitalisation, et plus de 1 jeune sur 10 déclarait avoir pensé au moins une fois au suicide au cours des douze mois précédant l’enquête Escapad.

Selon les chiffres de Santé Publique France, en 2021, les troubles dépressifs chez les 12-17 ans ont connu une hausse de 43% par rapport aux autres années et les idées suicidaires auraient progressé de 31%. En 2021, les passages aux urgences pédopsychiatriques ont fortement augmenté (+ 80%), avec plus de 79% d'hospitalisation dans les suites de ces passages.  

La suite de l'article est réservée aux abonnés d' Enfance & Jeunesse Infos . Accédez à tous les contenus en illimité. L'inscription ne prend que quelques minutes et vous donne un accès immédiat.

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez-vous maintenant