La Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France, le 14 septembre, pour avoir refusé de rapatrier deux mères françaises et leurs enfants, détenus depuis 2019 dans les camps kurdes du nord-est syrien. Cette décision ne consacre pas pour autant un "droit général au rapatriement" pour les personnes toujours retenues dans les camps syriens.

La suite de l'article est réservée aux abonnés d' Enfance & Jeunesse Infos . Accédez à tous les contenus en illimité. L'inscription ne prend que quelques minutes et vous donne un accès immédiat.

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez-vous maintenant