Dans son rapport annuel publié le 14 juin, le Groupe d’experts sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (GREVIO), organe spécialisé du Conseil de l’Europe, appelle les États à « faire des efforts plus soutenus pour garantir la sécurité et l’intégrité des femmes victimes et de leurs enfants ».

Le GREVIO se compose de « 15 experts indépendants et impartiaux choisis parmi des personnalités de haute moralité ayant une expérience reconnue dans le domaine de la violence à l’égard des femmes ». Son rôle ? Assurer le suivi de la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul).

Dans son rapport annuel publié le 14 juin, le groupe d'experts établit « les forces et les faiblesses » des États en ce qui concerne la mise en œuvre des articles 26, 31 et 45 du traité à l’égard des victimes de violence domestique et les décisions relatives à la garde et aux visites des enfants. Le rapport met en évidence que, même si tous les États parties ont pris des mesures satisfaisantes, « le chemin à parcourir reste long et la mise en œuvre incohérente, avec des victimes trop souvent délaissées par les pouvoirs publics ».

La suite de l'article est réservée aux abonnés d' Enfance & Jeunesse Infos . Accédez à tous les contenus en illimité. L'inscription ne prend que quelques minutes et vous donne un accès immédiat.

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez-vous maintenant