Selon une étude sur la santé mentale publiée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en 2019, près d’un milliard de personnes – dont 14 % des adolescents dans le monde – étaient atteints d'un trouble mental. Une situation aggravée par la pandémie de Covid-19.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle, le 17 juin, toutes les nations à investir davantage dans la santé mentale.  Avant le Covid-19, en 2019, près d’un milliard de personnes – dont 14 % des adolescents dans le monde – étaient atteints d'un trouble mental, souligne l’agence des Nations unies dans sa plus large étude sur la santé mentale mondiale réalisée en deux décennies. Les suicides représentaient plus d’un décès sur 100 et 58 % d’entre eux survenaient avant l’âge de 50 ans. Toutefois, pendant la première année de pandémie, les taux de dépression et d'anxiété ont augmenté d'un quart et l'investissement n'a pas suivi. Ce sont principalement les jeunes, les femmes et les personnes souffrant déjà de problèmes de santé mentale qui ont été plus durement touchés par le Covid et les restrictions qui en résultent, a souligné Mark Van Ommeren, coordinateur du rapport.

La suite de l'article est réservée aux abonnés d' Enfance & Jeunesse Infos . Accédez à tous les contenus en illimité. L'inscription ne prend que quelques minutes et vous donne un accès immédiat.

Cet article est réservé aux abonnés à la newsletter

Abonnez-vous maintenant