Un taux de natalité en baisse, une augmentation de la mortalité néonatale… L’agence nationale de santé publique pointe une évolution "préoccupante" de certains indicateurs, sur la décennie 2010-2019 notamment en Outre-mer.

Dans un rapport de 160 pages, publié le 20 septembre, Santé Publique France dresse pour la première fois une description globale de l’état de la santé périnatale en France. L'étude documente l’état de santé de la femme enceinte, du fœtus et du nouveau-né au cours de la période allant de la grossesse au postpartum. Elle s’étend sur la période 2010-2019 et s’arrête au moment de la pandémie de Covid-19, qui a fait l'objet d'études spécifiques. « Pour la première fois, ces résultats apportent une vision globale de la santé périnatale en France. Les indicateurs publiés aujourd’hui décrivent une situation préoccupante et hétérogène de la santé périnatale et cela sur une période antérieure à la pandémie de la Covid-19, commente Pr le Geneviève Chêne, directrice générale de Santé publique France, Ce socle de connaissances est la base de toutes les actions de prévention favorables à la santé de l’enfant à naitre et des futurs parents. Il permet d’affiner notre stratégie et notre action comme, par exemple, le site des 1000 premiers jours, la promotion du " zéro alcool pendant la grossesse" ou encore le déploiement des interventions de promotion de la santé et de l’attachement des nouveaux nés et de leurs parents (PANJO) ».

La suite de l'article est réservée aux abonnés d' Enfance & Jeunesse Infos . Accédez à tous les contenus en illimité. L'inscription ne prend que quelques minutes et vous donne un accès immédiat.

Cet article est réservé aux abonnés

Abonnez-vous maintenant